Projets

En cours de développement

Liliane COLENSON et Isabelle LOCHARD se proposent de monter un spectacle de lectures musicales à l’image du projet «  Haïti » développé avec  l’association Les Amis du grain des mots de Montpellier. Le thème en serait la plongée sous-marine. Il faudra pour cela rechercher et sélectionner un certain nombre de textes d’auteurs relatant leur expérience de la plongée, rechercher ou faire directement des images illustrant ces textes et penser à un musicien susceptible de contribuer au projet.

Elles évoquent également un projet de film basé sur la redécouverte du parcours de vie de la grand-mère de la première, née en Turquie au début du XX° siècle et venue vivre en Ardèche. Marie-France MANUEL qui a une expérience en matière de réalisation de récits audiovisuels sur des histoires familiales d’immigrés fait part de son intérêt pour ce projet.

 

Al foc
Un projet de documentaire moyen métrage de Guy Lochard
A l’origine fête païenne liée au culte du soleil, la Saint-Jean est célébrée depuis des siècles dans de nombreux pays au moment du solstice d’été. Elle continue à occuper en Catalogne française une place importante avec notamment le transport au sommet du Canigou de fagots de sarments pour allumer un feu le 22 juin puis la redescente et la circulation d’une flamme dans les villages du Roussillon le 23 juin.
Des années 40 aux années 70 (dates à vérifier plus précisément), la San Joan a donné lieu dans le village de Collioure à une forme de compétition entre deux parties du village entretenant une rivalité ancestrale : le « faubourg » et la « ville ».
A une époque où le ramassage des déchets n’était pas systématisé, les enfants et les adolescents des deux quartiers se livraient à l’approche de cette fête à un ramassage d’ « encombrants » chez les particuliers et les entreprises de salaison du village. Les tonneaux qui avaient contenu des anchois ( les « bordelaises »)  occupaient une place déterminante dans cette collecte. Roulés dans les rues jusqu’aux deux plages opposées de la baie ( Saint Vincent et le faubourg), ils étaient disposés en cercle sur plusieurs étages remplis ensuite de divers objets combustibles (cartons, morceaux de bois) dont se débarrassaient alors les habitants.
Après de longs préparatifs et à la nuit tombante de la San Joan, les enfants des deux camps mettaient le feu à ces édifices, l’enjeu du concours étant que les brasiers durent le plus longtemps.
Pour faire revivre cette coutume de façon vivante, on se propose de recueillir les souvenirs de protagonistes des deux camps ayant participé à cette coutume. On installera ces témoins sur les deux plages qui, situées des deux côtés de la baie, étaient les sites des feux concurrents. On les invitera à évoquer ces expériences partagées par plusieurs générations du village afin de montrer en quoi elles ont pu jouer pour celles-ci comme des moments de passage de l’enfance à l’adolescence, autrement dit comme des rites initiatiques à valeur plus générale.

Sur ces paroles de remémoration marquées par des accès d’émotion, on envisage de faire alterner au montage des plans de leurs visages et de leurs regards orientés vers les plages où se dressaient les feux concurrents avec des photos les représentant en train de se livrer un demi-siècle auparavant à la confection et à la mise à feu de ces foyers.
On envisage d’ouvrir le film par des images en couleurs du feu « officiel » actuel puis de passer au noir et blanc pour mieux souligner le contraste avec les feux informels de cette époque disparue.

NB : Pour préparer et réussir ce projet, on se propose de procéder avant le tournage à une enquête plus approfondie sur cette coutume (origine, début et fin), à des entretiens élargis avec des témoins ainsi qu’après un appel public (par le biais de journaux locaux) pour un recueil plus systématique de photographies auprès des habitants du village et en priorité auprès des représentants des générations concernées.

 

Réalisés

Un portrait de Pierre FOURNEL à Montpellier

Une vidéo consacrée au peintre Pierre FOURNEL et réalisée par Guy Lochard, est actuellement présentée dans le cadre d’une exposition (Errances et itinérances) au centre Dominique Bagouet de Montpellier ( 20 Décembre 2017-1 avril 2018). Elle expose en 7 minutes le parcours de cet artiste attiré très tôt et continument par l’espace méditerranéen, sa démarche créative fondée sur un processus de pétrification du sable et quelques unes de ses oeuvres significatives. Compagnon de Camille DESCOSSY dans le groupe Montpellier Sète, Pierre Fournel intervient dans le documentaire de Guy Lochard Un peintre en son pays-Camille Descossy  1904-1980.